La communauté paroissiale

Le 21 septembre 1812, à Moscou, l'empereur Napoléon signa le décret de fusion des deux villages. Dorénavant, Nil-Saint-Vincent et Nil-Saint-Martin ne firent plus qu'un. Mais, cela, c'était pour le civil. L'organisation religieuse n'en fut pas affectée et, de nos jours encore, il existe toujours deux paroisses, deux églises et deux fabriques.
Mais, au cours de l'histoire, il arriva plusieurs fois qu'un seul prêtre soit curé simultanément des deux paroisses. C'est encore le cas actuellement.
Tout naturellement, cette unité de "gouvernement" a entraîné une unité de fonctionnement et, à présent, il n'y a plus qu'une seule communauté paroissiale qui s'efforce de vivre sa foi d'un seul coeur.
Un Conseil Paroissial unique a été créé. Il rassemble les représentants des deux entités et assure la coordination des activités.
Ainsi, tous les enfants vont ensemble au catéchisme, font ensemble leurpremière communion, leur profession de foi et reçoivent ensemble la confirmation.
Ensemble. Nous attachons une grande importance à ce concept et voulons, d'une ferme volonté, dépasser et englober les différences.

Les messes sont dites pour tous, ensemble, en alternant depuis 1986 les lieux de culte afin que chacun puisse, tour à tour, fréquenter l'église de "sa" paroisse. ( Et aussi afin d'économiser les frais de chauffage! )

Notre communauté paroissiale est très vivante. Et même si l'assistance systématique à la messe dominicale a beaucoup diminué, comme partout, il y a bien des cérémonies qui remplissent les églises à refus : Noël, la veillée pascale, les célébrations pour les enfants ( communions, confirmation), certaines obsèques...
Mais aussi des messes "spéciales" organisées par tel ou tel groupe : messe des familles, messe des jeunes...
Parfois, ces messes sont précédées ou suivies d'un repas convivial où tout le monde se retrouve avec plaisir et resserre les liens d'amitié.
Tout nous est bon : petit déjeuner, barbecue, goûter, souper...

Il existe une chorale, modeste mais persévérante, qui s'efforce d'animer les messes communautaires et de porter par le chant la prière des assistants.
Un équipe liturgique se réunit régulièrement afin de lutter contre un risque de routine lors des célébrations et d'amener les paroissiens à participer de plus en plus activement : ils chantent, ils lisent ensemble, ils dialoguent avec l'officiant, ils posent des gestes symboliques...

Une feuille paroissiale est distribuée toutes les quinzaines : informations pratiques, communications, transmission spirituelle...C'est un excellent facteur de rassemblement et d'unité.

Les mouvements de jeunesse se développent fructueusement en contact étroit avec "les autorités religieuses" : entendez notre curé, le doyen et, éventuellement, l'évêché. L'Unité Saint-François compte des nutons, des lutins, des louveteaux, des scouts et des pionniers.
De plus, les jeunes "post-caté", c'est-à-dire déjà confirmés, mais pas encore tout à fait adultes, se regroupent dans le mouvement Agape pour, tout en s'amusant beaucoup, échanger, se serrer les coudes, réfléchir, prier, mûrir.

Les lectures des messes sont assurées par un groupe bien organisé et des fleuristes concrétisent dans les églises le sourire de Dieu.

Enfin, au cours des messes communautaires, les enfants se retirent de la première lecture au crédo, pour une "homélie adaptée" prise en charge par des jeunes et des adultes qui mettent la liturgie et les textes à leur portée.

Un village, deux paroisses, une seule communauté paroissiale composée de tous ceux qui désirent y adhérer. Beaucoup de chaleur humaine, de solidarité, de dynamisme, de sourires, de volonté d'élévation, de prière exprimée de multiple façon.
Bref, des chrétiens, tout simples, qui ont découvert qu'ensemble, la foi est plus vivante et la vie est plus belle.